26.06.2020

Peut-on oublier sa langue maternelle ?

peut on oublier sa langue maternelle

La langue maternelle est celle que l’on apprend en premier dans notre foyer. Si pour la majorité des personnes, elle reste la langue pratiquée durant toute leur vie, il existe certains cas plus rares de personnes qui sont amenées à oublier leur langue maternelle. Ce phénomène peu connu est appelé « l’attrition linguistique ». Comment est-ce possible ? Est-ce irréversible ? Rennes Language Center a mené l’enquête pour vous !

 

Dans quels cas peut-on oublier sa langue maternelle ?

Le cas le plus évident d’attrition concerne bien évidemment les jeunes enfants qui ont peu pratiqué leur langue maternelle, pour la délaisser très rapidement au profit d’une langue d’adoption. C’est notamment le cas des émigrés ou expatriés de longue date, ainsi que les enfants adoptés par une famille étrangère.  

On observe également ce phénomène chez des personnes adultes, les bilingues tardifs, qui sont amenés au fil du temps à ne plus pratiquer leur langue maternelle suite à une expatriation ou une émigration. En effet, quand on quitte notre pays d’origine pour adopter les codes linguistiques d’un nouveau pays, notre cerveau opère une réorganisation pour pouvoir s’adapter, penser et réfléchir dans cette nouvelle langue. Progressivement, il devient alors plus compliqué de trouver les bons mots au bon moment ou encore de se remémorer une expression bien typique de notre pays d’origine. Petit à petit, l’élocution devient moins spontanée. Mais pas de panique, dans la plupart des cas, l’oubli reste partiel. Rares sont les personnes qui oublient la totalité du vocabulaire de leur langue maternelle.

 

Qu’en disent les chercheurs ?

L’attrition linguistique est rencontrée par les personnes bilingues qui sont amenées à utiliser davantage la « langue apprise » que la langue maternelle à un moment donné. Le cerveau met alors la langue maternelle au second plan pour l’enfouir plus profondément dans notre mémoire, créant ainsi plus de difficultés à s’exprimer.

Selon les résultats d’une étude menée par l’Université McGill et l’Institut Neurologique de Montréal, il semblerait que la langue à laquelle nous sommes exposés lors de la première année de notre existence est capitale pour la formation de notre cerveau. Il s’avère que les sonorités entendues pendant cette courte période de vie laissent des traces indélébiles : on n’oublie jamais une langue durant les premiers mois de notre vie, même si on ne l’a jamais apprise ou parlée.

 

Est-il facile de réapprendre sa langue maternelle ?

Comme nous le disions plus haut, le cerveau garde en mémoire de nombreuses informations que l’on pensait pourtant avoir oubliées. Si une personne tente de réapprendre une langue à laquelle elle a déjà été exposée, les réflexes reviendront plus rapidement que pour une personne pour laquelle cette langue est totalement inconnue. Bien évidemment, la rapidité et la facilité d’apprentissage varient énormément d’une personne à une autre, en fonction de son expérience personnelle et de ses capacités d’apprentissage. Une personne qui a délaissé sa langue maternelle à l’âge de 5 ans n’aura pas les mêmes facilités qu’une personne qui l’a pratiquée jusqu’à ses 15 ans, par exemple.

 

Et vous, votre langue maternelle est-elle celle que vous parlez aujourd’hui au quotidien ? N’hésitez pas à venir partager votre expérience sur nos réseaux sociaux !